Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 12:00

Il y a quelque temps, nous vous avons parlé de frère Luc.

Aujourd'hui, voici quelques mots sur frère Christophe. 4-2-copie-1Ici, ce sont les deux frères les plus connus : frère Luc parce qu’il a soigné la population locale pendant près de 50 ans et frère Christophe parce que c’est avec lui que les hommes travaillaient sur l’exploitation agricole.

 

Nous prenons des textes trouvés ici et là pour vous en parler.

 

Christophe Lebreton naît le 11 octobre 1950 à Blois (Loir et Cher).


Des amis de Blois nous ont parlé de lui, ayant été en équipe avec lui.

« Christophe était issu d’une grande famille. Son journal révèle des relations très belles avec chacun des membres de sa famille »

 
"Puisqu’il faut que je parle de moi, voilà : je suis né le 11 octobre 1950 (c’était alors la fête de Marie-Mère) à Blois. Nous sommes 12 enfants, 7 garçons et 5 filles, je suis le septième. Quelle grâce d’avoir connu une enfance heureuse avec des parents fondamentalement attentifs et préoccupés d’être cela, père et mère… avec des frères et des sœurs convaincus au fond de leur cœur qu’ils le sont en vérité et que c’est merveilleux et exigeant. Nous avons été élevés chrétiennement mais dans une grande liberté. Nous avons chacun perçu quelque chose de profond dans la foi de nos parents. J’ai demandé à rentrer au petit séminaire en sixième, sans aucune pression, par un choix très libre pour devenir prêtre, missionnaire. Je garde un bon souvenir de ces 7 années passées au séminaire. À partir de la seconde nous allions suivre nos cours au collège. Je passais mon bac en 1968.


   20120409 (4) (Copier)

« Christophe passe deux ans, de 1972 à 1974, en Algérie à titre de coopérant, dans un centre pour jeunes handicapés. Il y découvre le monastère de Tibhirine.

Après être entré au monastère de Tamié, en Savoie, en 1974, il s’installe à Tibhirine en 1987. »20120421 (17)


« Je suis monté plusieurs fois à Notre-Dame-de-l’Atlas, et j’ai aimé cette communauté sans éclat, simple et très vraie : des hommes qui s’obstinent humblement et paisiblement à témoigner que Dieu vaut la peine qu’on donne, ensemble, sa vie pour lui, pour le prier, l’adorer, accueillir les Béatitudes et apprendre ainsi à aimer, à aimer jusqu’au bout, jusqu’au bout du quotidien. J’ai donc choisi la vie à l’Atlas. » Journal de Christophe

 

"Le 1er novembre 1980, il fait profession solennelle, entouré d’une grande partie de sa famille. Pour le service de la communauté, le père abbé de Tamié propose à Christophe de faire une formation professionnelle. Il apprendra le métier de menuisier, à l’école professionnelle de Troyes, tenue par les frères des Écoles chrétiennes. Il marque profondément de son empreinte ses camarades."


1990"Le 1er Janvier 1990, il est ordonné prêtre par Mgr Teissier. Frère Célestin a fait répéter les chants la veille et a esquissé des pas de danse au grand bonheur des neveux et des nièces de Christophe. La petite chapelle est pleine d’enfants assis par terre, la famille de Christophe est nombreuse, et la joie est vraie et simple. Les voisins et amis musulmans sont là aussi. C’est la fête."


  "Christophe aidait à l’organisation de la liturgie, mais son activité préférée était de travailler au jardin, dont il était le responsable en titre. Ce n’était pas la moindre des charges, car il s’agissait de la principale source de revenus du monastère. Mais c’était là surtout qu’il pouvait retourner la terre et « mouiller sa chemise » avec ses associés musulmans, tissant ainsi les liens d’amitié qui étaient l’aboutissement de sa foi. "

 20120425 (19) (copie)

" La communauté de Tibhirine s’était délestée de la majeure partie de sa grande propriété peu après l’indépendance de l’Algérie et avait par la suite élaboré un partenariat avec quelques voisins dans l’exploitation du peu de terre qui lui restait. 20120504 (27) (copie)

 

Christophe responsable de ce travail était en contact presque quotidien avec ces voisins, avec qui il établit de très belles amitiés et dont les noms et les réflexions émaillent son journal. "20120530 (4) (copie)

 20120830 (42) (copie)

 

" Le potager était devenu son école, sa chapelle et le lieu où il pouvait découvrir les manières de faire et de penser d’Ali, de Moussa, de Youssef, de Ben Ali, de Mohammed, de Salim et des autres.

Il était poète et tenait un journal quotidien."

20120504 (52) (copie)

 

" Dans ce dialogue de Christophe avec ses compagnons de travail, dont il recueille toutes les paroles de sagesse et de foi profonde, nous avons le ‘dialogue interreligieux’ dans sa forme quotidienne la plus importante et la plus riche. "20120830 (51) (copie)

20120919 (2) (copie)

 

 

 

 

 

Voila ce qu’en dit le frère Ventura (trappiste)  trois ans après la mort des moines :

« De tempérament fougueux, chaleureux dans ses relations, capable d’ amitié et d’admiration, proche et tendre, explosif parfois, contestataire radical, colérique aussi, toujours au côté des plus humbles, sensible à toute souffrance et violence… cœur d’enfant (le psaume 130 est son préféré) cœur amoureux – le mystique , cœur qui sait de musique et de poésie……… frère Christophe homme d’or et de terre …».

4-1 (copie)

 

 

Frère Christophe était le plus jeune, il est mort à 45ans.Christophe - Copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"On habite ensemble une terre d’espérance.

On la travaille.

On est les habitants de ta maison.

On y vit. On y prie.

On y demeure jusqu’à l’heure de mourir. Ensemble, on habite ta main.
De ce bonheur ouvert, qui pourrait nous déloger ?
"  

(Journal de frère Christophe : 7 mai 1995) 

      

"Parmi nous, je crois que nul ne fait cas de sa vie. Quel désencombrement pour une communauté."

P1040557 (copie)

(Journal de Christophe)


 

Ceux qui nous parlent ici de frère Christophe, l'évoquent avec amitié et en gardent un souvenir attachant sans pouvoir exprimer tout ce qui est dit de frère Christophe dans ce livre " Le souffle du don" ou dans les autres livres qui évoquent les frères.

 

Leur souvenirs sont bien liés à un quotidien tout simple, vécu avec lui au travail.

 

 

 

 

Plusieurs extraits sont du livre "le souffle du don " Bayard/éditions et du site : moines de Tibhirine.

Partager cet article

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Mars
commenter cet article

commentaires

Moussette 18/03/2013 09:39

Bonjour Anne et Hubert,
J'ai été très touché par cette évocation de frère Christophe. Il aurait le même age que moi. J'ai également eu le besoin de partager votre article avec un ancien collègue de l'afpa qu'hubert
connait sans doute: René Marlin,il habite Blois
Amitiés
Philippe

  • : Le blog d'Anne et Hubert Ploquin
  • : Récit illustré d'un séjour en Algérie : les personnes rencontrées, les lieux visités, les activités réalisées...
  • Contact

Qui sommes-nous ?

nous deux

 

Anne et Hubert Ploquin

VSI: Volontaires pour la solidarité internationale

partis avec la DCC :

Délégation catholique pour la coopération.

 

Mariés depuis 38 ans, nous avons 5 enfants

2 gendres et 2 belles-filles

12 petits-enfants...

La DCC

la DCC, première association française d'envoi
de Volontaires de Solidarité Internationale.

Album - Famille