Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 18:00

En début de semaine, Kenza m’a demandé si j’acceptais d’être le témoin à son mariage qui aurait lieu le vendredi suivant dans le centre où nous logeons. Elle allait épouser Pieter, un Hollandais, de religion musulmane comme elle. Toute la semaine, elle a essayé de trouver un imam qui accepterait de venir présider au mariage. La veille, elle a finalement obtenu un accord…P1030980 (Copier)

 

Vendredi matin à 9h, l’imam arrive : un beau vieillard, vêtu d’une belle gandoura blanche, avec toque (l'aamama) et barbe blanches. Un sage par excellence.


Après l’avoir accueilli, les hommes présents se regroupent autour de lui : le marié, un frère et un oncle de la mariée, un ami de l’imam et Hubert.


P1030978--Copier-.JPG

Les femmes restent à distance : la maman et la tante de la mariée, Anne, Fadima. La mariée disparaît…

P1030975 (Copier) Pendant que l’imam rappelle l’importance du mariage dans la religion musulmane en l’accompagnant de conseils et de citations tirés du Coran ou de la littérature, Hubert traduit ses paroles en anglais, seule langue qui permet au marié de comprendre ce qui est dit.

   

Vient alors le rite du mariage proprement dit : l’imam demande au marié,P1030982 (Copier) au frère de la mariée et aux deux témoins s’ils donnent leur accord pour ce mariage. Ils ont accepté, Hamdullah !

P1030987 (Copier)

 

La mariée est revenue pour la fin de la « cérémonie » mais elle était en tenue d’intérieur, style pyjama, et ne prenait pas part à ce qui se déroulait.

 

Le marié, lui, était en très beau costume, son témoin très bien habillé et l’homme  qui accompagnait l’imam était en survêtement… étonnant cercle d’hommes !

P1030997--Copier-.JPG

 

Après un temps de prière, constituée par la récitation de sourates, l’imam a pris congé en remerciant l’assemblée avec beaucoup d’amabilité.

 

Hubert a ensuite emmené Pieter et Kenza effectuer quelques achats pour la fête : gâteaux et fleurs. Au retour, pendant que la mariée allait chez la coiffeuse, la famille et les personnes du Centre sont passées à table.

 

Nous avons partagé un coucous, bu des jus de fruits, mangé des fruits et des gâteaux, les hommes d'un côté, les femmes de l'autre.

P1040005--Copier-.JPGP1040006--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les invités : collègues de Kenza et deux ou trois amies sont venues dans l’après-midi. Kenza n’était pas là ; l’oncle dormait ; la maman préparait un plateau pour le rite du henné… nous étions tous dans l’attente.

 

La maman et la tante cherchaient l’Est pour faire leur prière, mais elles ont préféré attendre le retour de Kenza pour pouvoir aller prier dans sa chambre et être ainsi sûres de la bonne orientation vers la Mecque.

 

Kenza est rentrée de chez le coiffeur …mais bien sûr toujours voilée ; elle est montée avec sa maman et sa tante pour se préparer.

Enfin à P1040017--Copier-.JPG14h30 la fête s’annonce par des youyous dans le couloir des chambres, Kenza descend avec une belle robe traditionnelle.

P1040025--Copier-.JPG

 

Elle vient s’asseoir pour la cérémonie du  henné.

 

Puis, les deux femmes non mariées portent les bougies

P1040033 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

La maman pose avec attention le henné dans la main de sa fille puis dans les nôtres

P1040034--Copier-.JPGP1040040 (Copier)

  P1040042--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

Pour éteindre les bougies,

surtout on ne les souffle pas ! 

 

 

 

Tous se rassemblent : photos !

P1040055--Copier-.JPGP1040067--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite gâteaux et boissons sont pris en échangeant avec chacun.

P1040072--Copier-.JPG

P1040073 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au bout d’un moment la mariée repart et à nouveau : youyous, arrivée de la mariée en robe blanche… photos.

P1040078--Copier-.JPG

 

P1040084---Copie--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1040088---Copie--Copier-.JPG

 

 

  Fadima, Fouzia et Guilia

P1040094--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis les mariés se sont mis debout, ils ont ensemble coupé deux parts d’un  gâteau.

P1040100--Copier-.JPG

 

P1040104--Copier-.JPG

 

 

Pieter a passé l’alliance au doigt de Kenza.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis il a levé la voilette et a embrassé sa nouvelle épouse.

P1040105 (Copier)

P1040106 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite a eu lieu un rite de parts de gâteau  et de verres à s’échanger. P1040117--Copier-.JPG

Et enfin tous les invités se sont retrouvés dehors pour une séance de photos.

P1040127--Copier-.JPG

16h30 la famille reprend la route pour Oran … Quelques instants plus tard, les invités se dispersent.

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Mars
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 00:00

A plusieurs reprises, nous avions admiré la baie d’Alger à partir du parvis de la basilique Notre-Dame d’Afrique, au dessus de Bologhine. Depuis un moment déjà, nous avions envie d’aller en face,  vers l’est pour découvrir Alger-plage et la pointe de la baie.

P1040219 (Copier)

Fousia, une amie algérienne qui travaille pour Amnesty International, nous en a donné l’occasion. Pour sa part, elle rêvait de découvrir la côte qu’elle aperçoit chaque matin depuis la fenêtre de son appartement sur les hauts d’Alger et elle cherchait le moyen de s’y rendre… Nous avons proposé de l’emmener !

 

Nous avons commencé notre virée en arrivant à Aïn Taya qui est à l'est de la baie d'Alger, juste au-delà du cap de Bordj El Bahri. A nos pieds, vers la Kabylie, s’étendent une petite plage de sable toute propre et une eau très claire. Difficile toutefois d’y descendre de là où nous sommes!

P1040146 (Copier)

 

 

Nous revenons alors vers le cap en cherchant à accéder à la mer.

Et voilà ! P1040151 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

Nous descendons ensuite vers Tamentfoust. Sa situation géographique lui valut d'ailleurs son nom berbère "Tamentfoust" signifiant le côté de la droite ("tama n t'yefoust").

 

Le port est orienté vers Alger.

P1040154 (Copier) P1040156 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous contournons à pied le fort qui surplombe le port. Nous y entrons.

P1040157 (Copier)

 

Dans le hall d'accueil, une maquette permet une vue d'ensemble sur ce "bordj" turc octogonal qui date du 17ème siècle.

P1040158 (Copier)


 

 

 

 

 

 

 

Le mot "bordj" que l'on retrouve dans le nom de nombreuses localités signifie précisément "fort".

 

Très bien entretenu, ce "bordj" abrite un musée d’objets anciens.

 P1040160 (Copier)

P1040162--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  P1040163--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

P1040164--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1040165 (Copier)

 

P1040174 (Copier)

 

  tasse qui nous évoque des motifs bretons

   

 

 

Chrisme

P1040172 (Copier)

 

 

 

 

"Couple de dédicants enlacés dans une niche encadrée par deux pilastres à chapiteaux doriques"

 

 

 

P1040178 (Copier)

 

Retranscription du texte tel qu'il est écrit dans le cadre :

 

JUBA II
JUBA II Agé de 25 à 30 Ans
Tête Ceinte du Bandeau Royal, Il
Conformant à la Mode Gréco-romaine de
ce Temps, il a renoncé a portait la barbe
comme son père et ses ancêtres, ainsi la
plupart de ses sujets

 

  Sic !

 

 

P1040170--Copier-.JPG

Sarcophage et le détail de son angle droit.

P1040179--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cuisine

P1040181--Copier-.JPG

 

La cour intérieure vue de la terrasse

P1040185---Copie--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ancienne église de Tamentfoust.

P1040201 (Copier)

 

 

 

 

De la terrasseP1040196 (Copier) du fort, : le revers de ce que nous apercevions  en face : Notre Dame d'Afrique au loin  à Alger...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tamentfoust est un lieu agréable à découvrir.  Alger Plage nous a déçus ...

Nous sommes rentrés par la côte de Bordj El Kiffan d'où l'arrivée sur Alger offre aussi un beau point de vue.

(La photo ne le rend pas assez! )

 

P1040202 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons terminé la journée en allant dîner avec Fadima chez Fousia et, de la fenêtre de son appartement, nous avons pu admirer la côte illuminée qui l'avait tant fait rêver.

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Février
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 17:32

Le Sahara occidental est une ancienne colonie espagnole située au sud du Maroc, à l’ouest de l’Algérie et de la Mauritanie. Ce territoire est revendiqué depuis les années 1960 par la Mauritanie et le Maroc. Le peuple sahraoui qui l’habite fait valoir ses droits à l’autodétermination.   Depuis 1966, toutes les résolutions de l’ONU ne cessent de demander pour lui la mise en œuvre d’un référendum d’autodétermination. 

En 1979, la Mauritanie a signé un accord de paix. Le Maroc a immédiatement annexé la totalité du Sahara occidental. Entre 1980 et 1987, il a construit 2500 kilomètres de murs bordés sur toute leur longueur de millions de mines. Mur dont on entend bien peu parler !

P1040281 (Copier)

De nombreux Sahraouis se sont exilés en Algérie et sont regroupés en plein désert, dans des camps de réfugiés depuis plus de trente ans.

 

Face à l’indifférence et à l’oubli généralisés, dans l’attente d’un référendum qui ne vient pas, le peuple sahraoui a organisé un mouvement de protestation massif en octobre 2010. Ses leaders ont été arrêtés par l’armée marocaine et, après deux années d’emprisonnement préventif, ils ont été condamnés le 17 février 2013 à de lourdes peines par un tribunal militaire marocain.


Le président de l’Association des familles des détenus et des disparus sahraouis, Abdesselam Amar, a déclaré : « Le verdict a été prononcé à l’encontre de gens innocents, dont certains n’étaient même pas présents. » (Propos rapportés par le journal algérien « El Watan » du 21 février 2013)

 

 

Nous avons découvert ces réalités en venant ici en Algérie essentiellement grâce à Jean-François, Jean-Marie et grâce à Najla, jeune sahraouie n’ayant vécu que dans les camps et que nous avons eu la joie d’accueillir à Tibhirine.P1040283--Copier-.JPG

  PC050079 [Résolution de l'écran] - Copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peut-être avez-vous suivi ces événements.

Il est encore temps de vous informer à partir des nombreux articles qui circulent sur Internet. Nous voulons seulement aujourd’hui, avec l’accord de son auteur, vous transmettre la lettre ouverte que le Secrétaire Général de la Caritas Algérie vient d’adresser aux évêques.

 

 

Lettre ouverte aux Evêques d'Algérie

 

J'entends dire, à qui veut bien l'entendre, que le temps de carême est un temps de partage.

Alors permettez-moi de partager avec vous la proximité d’une souffrance, à défaut de partager l'immense misère du monde.

Permettez-moi de partager pendant quelques minutes de votre temps des années passées dans les camps de réfugiés Sahraouis, dans cette partie du désert évitée des nomades, où cependant trois générations se partagent presque 40 ans d'exil.

 

Permettez que nous partagions au moins pour information et par empathie ces conditions climatiques inimaginables si on ne les vit pas, ces maladies chroniques que les mesures alimentaires déséquilibrées d'urgence finissent par installer, cet espoir d'une solution pacifique et juridique qui s'amenuise d'années en années au point qu'il ne pourrait bientôt plus se partager ;

Et cette souffrance, sous leur fierté cachée, tant et si bien qu'elle a sans doute tant de mal pour cela, à être partagée.

Permettez que nous partagions l'injustice d’une centaine de résolutions juridiques internationales admises mais non appliquées pour la libre détermination de leur avenir, mais également l'injustice de procès d'exceptions bafouant les mêmes résolutions et règles internationales et condamnant des militants des Droits de l'Homme de 20 ans de réclusion à perpétuité par des aveux signés de leurs empreintes, yeux bandés lorsqu'ils refusent de le faire par écrit sous la torture.

 

Et nous, à quel tribunal appartenons-nous pour condamner les enfants qui continuent de naître dans les camps ?PC050217 [Résolution de l'écran]

Pouvons-nous admettre et partager cette détermination de l'avenir d'un peuple?

Notre part offerte du partage n’est elle donc que cet assourdissant silence et cette lâcheté des « grands de ce monde », une part séparatrice comme ce mur et ce champ de mines qui divisent un même peuple ?

Nous avons divisé, colonisé, « dévelopillée » l’Afrique selon nos notions de partage et de profits confusément mêlées. Le Sahara Occidental, dernière colonie d’Afrique en est l’exemple. Aujourd’hui l’humanitaire tente de réparer les conséquences de ces fautes quand il n’est pas instrumentalisé par ceux qui les commettent.

Faudra t’il continuer d’échanger indifférence contre souffrance ou de partager solidarité et espoir ?


Permettez que nous partagions quelques instants d’un carême, non de 40 jours, mais de bientôt 40 années au désert.

Mon amie Nuena, femme sahraouie, un jour m’a dit : « Quand tu lis, tu oublies. Quand tu entends, tu oublies. Mais si tu vois, tu n 'oublies jamais ». C'est pourquoi vous êtes les bienvenus au milieu du peuple Sahraoui, invités à découvrir et voir la vérité, invités à la déclarer ensemble. Ces quelques signes de partage sont à votre portée, à la portée de tous ; quelques jours passés dans les familles de réfugiés, témoigner de cette petite vérité vécue, rester éveillés à leurs côtés…

…Pour avoir entendu et compris que le temps de carême est un temps de partage.

 

Jean-François Debargue

Secrétaire Général de Caritas Algérie

Alger, le 18 février 2013                                                                                                   4 photos J.F.D.

PC050089 [Résolution de l'écran]

PC050139 [Résolution de l'écran]

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Février
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 09:00

Maintenant, nous connaissons les créateurs des vitraux qui sont dans la chapelle de Tibhirine. Mais ces artisans, Georges et Albertine Delevallez, ont réalisé d’autres œuvres qui sont installées en divers points de l’Algérie.

P1030933 (Copier)Sur les indications d’un de leurs enfants qui vit en France, à Lille, nous sommes partis à la recherche d'un des cimetières chrétiens de la ville d'Alger pour y photographier le motif qui orne le portail. Portes et motif qui sont  signés Delevallez.

P1030934 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, une porte d'entrée pour les piétons...

P1030934 - Copie (Copier)

 

 

Au centre, le portail sur lequel, nous n'avons eu aucun mal à identifier l'oeuvre recherchée.

P1030935---Copie--2---Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La même d'un peu plus près...

P1030935 - Copie - Copie (Copier)

 

Nous avons expliqué au gardien le but de notre visite. Avec l'accord de son responsable, il nous a ouvert tout grand le portail.P1030939 (Copier)

P1030938 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes entrés et, avant d'aller plus loin,  nous avons jeté un coup d'oeil en arrière vers la rue...

P1030940 (Copier)Ensuite, sous le soleil, nous avons arpenté les allées du cimetière qui surplombe la ville et le bord de mer...

P1030954--Copier-.JPG

 

 

 

 

P1030946--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1030949--Copier-.JPG

 

 

P1030948--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1030952 (Copier)

 

 

P1030953--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeu de dominos en cascade dans la ville comme dans le cimetière ! 

P1030957--Copier-.JPG

 

P1030956--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques tombes ont retenu notre attention.

 P1030942--Copier-.JPG

P1030943--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1030944 (Copier)

 

 

 

 

Et notamment celle qui portait l'épitaphe suivante :P1030959 - Copie (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Cela me rappelle les deux années passées dans ce pays en 1970-1972 et le nom d'un des grands lycées de Brazzaville : le lycée Savorgnan de Brazza !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Février
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 15:33

En Novembre dernier nous avions fait un article sur la chapelle de Tibhirine et nous vous avions posé une question : que représente ce vitrail ? Cf. article du 11novembre

Marie, entourée de quatre médaillons :

agneau, poisson à gauche ; abeille et ...[ ? ]...à droite.

20120620--15---Copier-.JPG

L'objet de l'énigme...

P1000432 (Copier)

..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et depuis ?


1.   Vous avez répondu nombreux et vous nous avez envoyé plusieurs idées avec beaucoup d’imagination. Cf. article du 27 novembre

2.      Le père Roland qui a été moine à Tibhirine a répondu : c’est un pélican.

3.  Nous avons écrit un nouvel article pour expliquer le symbole du pélican et, nous avons demandé un dessin de ce pélican car personne ne le voyait très bien.

4.   Des suggestions de dessins nous sont parvenues :

       Pélican debout sur ses pattes jaunes

pélicansuggestion 1

     

  P1030931 (Copier)-copie-1

 

Tête de pélican

avec un gros oeil ajouté

 

 

 

 

 

 

 


5.      Certains lecteurs proposaient de mettre le vitrail à l’envers, mais cela ne nous semblait pas pensable ! pelican-suggestion3-copie-2.JPGNous avions donc conclu par un nouvel article mais restions insatisfaits. Cf article 30 novembre


6.      En décembre,  allant à Tizi-Ouzou chez les Pères Blancs, nous avons découvert que le pélican est l’emblème de Mgr Lavigerie (fondateur des Pères Blancs).

transition2008_03.jpg

 


 

       

vitrail retourné,

première esquisse reçue du pélican dans ce sens

 

 

7.      Nous avons donc  écrit à l'archiviste des Pères Blancs à Rome et le père François Richard nous a dit qu’il n’y a jamais eu de Père Blanc à Bou-Medfa  (église pour laquelle ces vitraux avaient été réalisés).

 

 

 

 

8.      Le 31 décembre une soirée dessin  nous a fait découvrir le pélican …de fait il semble  bien à l’envers, et, en plus nous découvrons qu'il y a les petits comme sur toutes représentations de pélican "christique" découvertes ici et là ! 

Mais, comment  vérifier cette hypothèse de vitrail mal posé ?

P1030541--Copier-.JPG

 

P1030543--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bou Medfa Christ Alger 1Vi 2Kf 3ns 4ex2 5bb5 234x88 net

 

9.      En janvier, Mgr Tessier nous a parlé de l’abbé Neau qui avait été curé de Bou-Medfa puis  de Châteauneuf. A Châteauneuf (aujourd’hui Chevalley), des vitraux de même facture ont été posés dont : un agneau et un pélican.


10.  Nous sommes allés mardi aux archives de l’évêché pour voir si… à tout hasard… il y aurait une photo de l’église de Bou-Medfa ou quelque chose sur les vitraux. 

11.  Nous avons trouvé une vieille photo du premier vitrail avec le Christ et, il y avait le nom du fabricant :

G. Delevallez et

….. ô surprise ! un courrier tout récent de M. Delevallez fils cherchant des photos de l’œuvre de ses parents !

  Quelle coïncidence !


 

 
 

Voilà ! L’énigme touche vraiment à sa fin car regardez ce que nous envoie ce matin M. Jean Delevallez :

Jean-Planche01-Mod-Bois-pourPorte-Tabernacle-En-Bronze-1Mg-.JPG

 

Cette sculpture en bois qui a servi de base à une autre réalisation et confirme que le vitrail est à l’envers !


Incroyable donc ! Vers 1970, le médaillon du pélican a été posé à Tibhirine… à l’envers ! La preuve est là !

 

Voilà ce qu'il aurait dû être ...

 Vitrail Pélican beige (Copier)

Nous avons légèrement teinté la

tête et les 2 petits pour mieux les voir.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà grâce à l'informatique, le vitrail tel qu'il aurait dû être posé!

 

vitrail-Tibhirine-corrige.jpg

 

 

 

Bou-Medfa-Alger-Claustra-1Vi-2Kf-3ns-4ex2-5bb5-234x89--Copi.jpg

Voici, en plus, deux vitraux qui étaient dans l’église de  Bou-Medfa mais qui n’ont pas été posés dans la chapelle. Ils nous ont été envoyés par M. Jean Delevallez. 

 

 

 

 

 

une ancre et un poisson

une colombe avec un rameau d'olivier

 

 

 

Merci à tous pour votre aide; Les trois enfants de M. et Mme Delevalez découvrent ainsi que les vitraux réalisés par  leurs parents sont dans la

chapelle du monastère. 

 

 

thfin de l'épisode !

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Février
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 18:23

Un samedi de janvier, j’ai eu le plaisir de partir en balade avec Claire, Rachida, Thibault et Cécile et leur petit Basile ; nous sommes allés voir une exposition et  découvrir en même temps le MAMA : Musée d’Art Moderne d’Alger. Ce lieu vaut le détour.

D’abord voici un petit rappel historique pris sur le site internet du MAMA avec deux photos des lieux avant restauration :

« Le Musée National d'Art Moderne et Contemporain d'Alger, affectueusement surnommé le MAMA, est l'une des plus belles réalisations culturelles depuis l'Indépendance de l'Algérie. Il a été inauguré le 1er décembre 2007 par Madame Khalida TOUMI, ministre de la culture, à la faveur de l'événement « Alger, capitale de la culture arabe ».MAMA-ext.JPG

  

Construit entre 1901 et 1909, ce majestueux bâtiment de cinq niveaux est un des fleurons de l'architecture néo-mauresque. Au début de XIXe siècle, celle-ci s'est efforcée de donner aux édifices coloniaux ainsi qu'aux constructions individuelles, des éléments de décors puisés du patrimoine architectural algérien et réalisés par des artisans algériens.coupoles.JPG

 

 

 

Située au cœur d'Alger, la bâtisse a été conçue par l'architecte français Henri Petit pour abriter les "Galeries de France", grand magasin dévolu aux produits de consommation haut de gamme ».

 

[ …..] Le musée capitalise deux records : il est la première structure commerciale importante dévolue au secteur de la culture et la première opération de réhabilitation d'un monument ancien de cette importance »……

 

escalier-historique.jpgescalier.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces quelques photos vous permettent d’apercevoir ce que ce lieu est devenu aujourd’hui.

 

vue-ensemble-historique.jpg

Vue-ensemble-actuelle.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vue-etage.JPG

intérieur ascenseur

porte ascenseur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’exposition du moment : « Traversée de la mémoire »  ne pouvait être

photographiée… Dommage ! Voici deux  tableaux trouvés sur internet.

lH1.jpg

Haraga

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques mots sur Lazhar Hakkar, le peintre qui exposait :


« Rencontré sur les lieux, l'artiste-peintre Lazhar Hakkar explique que toutes ces compostions ne représentent en fait qu'un seul tableau. Ce tableau « traduit la tragédie traversée par l'Algérie durant la décennie 1990.

 Les couleurs ne sont pas choisies délibérément. Elles se sont imposées à moi. Les silhouettes qui se suivent rappellent chacune à l'autre que des hommes sont passés par ici.

 C'est la même chose pour les signes. C'est pour rappeler à l'homme que ses semblables sont déjà passés. » Et d'ajouter : « Je suis assailli par ce passé douloureux. J'ai essayé à travers ces compositions, ces flashes qui envahissent ma mémoire [sic]. Quand on peint on souffre. Et je me sens malheureux quand cette douleur suscitée par la création me quitte. Accoucher suscite la douleur ».

Lazhar Hakkar est né le 13 décembre 1945 à Khenchela. Il fait ses études à l'Ecole nationale des Beaux-Artsd'Alger, de 1963 à 1966.

 De Amnay Idir, publié dans le journal  El Watan le 20/09/2005

 


Le MAMA est situé tout près de la célèbre place Abd el-Kader.

Abd-face.JPG

Un peu d’histoire là aussi pour comprendre l’importance de cet homme :

« Abd el-Kader, l’homme qui a tenu tête aux armées françaises de 1832 à 1847, dont la vie mouvementée épouse l’histoire compliquée de l’Algérie et de la France, de l’Orient et de l’Occident.

La modernité d’une figure :

A la fois marabout lettré du fin fond de l’Algérie, inventeur de l’Etat moderne, guerrier infatigable, protégé et ami de Napoléon III (et de Ferdinand de Lesseps), grand mystique de l’islam moderne, la figure d’Abdelkader est alors centrale. Il est vrai que la modestie de l’homme savant, les vibrations du guerrier, l’érudition du mystique ont de quoi le placer au centre du roman national algérien.

Une autre dimension du personnage émerge progressivement. Grand mystique de l’Islam moderne, l’Emir Abd el-Kader réapparaît aujourd’hui comme l’homme de la "synthèse " entre Orient et Occident, entre résistance à l’Autre et acceptation des apports de "l’étranger ". Il est un homme de la méditation à la fois rationaliste et métaphysique, prônant un Islam d’ouverture et de réformes. Ses écrits spirituels et le rôle singulier du politique par rapport au religieux restent à redécouvrir, annonçant les temps présents du XXIe siècle. » Benjamin Stora. Professeur des universités.

 

Abd el-Kader est grand-croix de la Légion d'honneur et titulaire de l'ordre de Pie IX.

Abd-cote-est.JPG

Abd-cote-ouest.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En août 1852, un monument avait été élevé à Alger pour le Maréchal Bugeaud ; la statue fut enlevée, rapatriée en 1962 ; elle fut installée dans le village d'Excideuil (France) en 1999.

Aujourd'hui la statue équestre d’Abdel-Kader a remplacé celle de Bugeaud au centre d’Alger. Et, les cendres de  l’Emir Abdel el-Kader ont été  rapatriées de Damas vers l’Algérie en juillet 1962. Ce transfert peu après l’indépendance témoigne de la volonté d’offrir à l’Emir une dimension nationale et historique.

 

Regardez comme cette statue vue d’un coté ou de l’autre ne donne pas tout à fait la même impression !

 

Voilà une matinée culturelle, passée dans ce quartier très commerçant et très vivant qui m'a fait découvrir une nouvelle facette d'Alger.



Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Janvier
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 16:31

 

Grande fête dans l’Eglise d’Algérie ce vendredi 25 janvier 2013 !

P1030801 (Copier)-copie-1

Arrivant de différents lieux... en avion, en train, en voiture, en bus ou à pied, chrétiens et musulmans se sont retrouvés à la cathédrale d’Oran pour l’ordination épiscopale de Jean Paul Vesco qui devient évêque du diocèse d’Oran.

Nous avons eu la possibilité d’y aller. Deux cars étaient affrétés à partir d’Alger. Rassemblés à la maison diocésaine à 7h du matin,  nous avons pris la route pour plus de 5 heures de voyage... et, ça en valait le coup !

Certains sont venus de beaucoup plus loin encore ; on peut dire que toute l’Eglise d’Algérie venait à cette fête. Imaginez venir d’Alger  à plus de 60 ! Mais d’autres venaient de Batna (780Km), de Constantine (830 Kms), de Ghardaïa (700Kms), d’Adrar (1 300Kms), de Ouargla (987Kms)… La plupart de ces trajets sont faits en cars ou en voiture alors que le réseau routier algérien n’est pas partout de très bonne qualité !  On pouvait sentir la joie de venir se retrouver tous à Oran pour entourer le nouvel arrivant. Il faut dire qu’il avait laissé d’excellents souvenirs du temps qu’il a passé comme vicaire général dans ce diocèse il y a quelques années. C’est donc en frère qu’il était accueilli pour son retour.

P1030790--Copier-.JPG

Ambiance familiale devant la Cathédrale située à coté du centre Pierre Claverie. Tous se retrouvent, se découvrent, et pique-niquent rapidement avant d’entrer dans ce lieu où Jean-Paul Vesco accueille chacun affectueusement.P1030791 (Copier)

Parents, frères et amis, sont venus. Plusieurs dominicains également car, depuis deux ans, Jean-Paul était le « provincial »  des dominicains de la grande province de  la France. Plusieurs évêques sont là, dont le cardinal Barbarin venu tout spécialement pour ordonner ce lyonnais d’origine.


Monseigneur Alphonse Georger

P1030797--Copier-.JPG

Mgr Alphonse Georger, avant de quitter « son » diocèse,  a accueilli chacun dès le début de la messe avec humour et simplicité.

Toute la  célébration a été animée par les chorales africaines. En effet, de nombreux sub-sahariens font leurs études à Oran et à Tlemcen.


Dans son homélie, Mgr Barbarin, qui présidait l’ordination, tissa ensemble les textes de la liturgie et l’événement du jour : du récit de la conversion de Paul, je retiendrai que le nom Ananie signifie « Me voici » et que Jean-Paul est souvent appelé : « semeur de joie ».

 

Après une grande prostration sur le sol pendant que l'assemblée invoquait les saints, l'ordinand s'est relevé pour se laisser remettre le livre des Evangiles, entendre la prière à l'Esprit Saint et  recevoir l'imposition des mains par les évêques.

P1030800--Copier-.JPG

P1030798 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir de ce moment, le cardinal a laissé sa place au nouvel évêque qui a présidé la suite de la célébration eucharistique.

P1030806 (Copier)Les offrandes (tissage, dattes, oranges, pain et vin) ont été apportées par quelques femmes africaines qui se sont avancées au rythme d'une danse.

P1030808 (Copier)

  P1030811 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fin de célébration, après les remerciements d’usage, Jean-Paul a dévoilé sa devise d’évêque : « Je veux vivre et donner envie de vivre »  en expliquant son choix et son attention à  différentes situations de son nouveau diocèse dont : les femmes, les migrants, les étudiants subsahariens isolés de leur familles… Il a parlé de son choix de présence parmi les musulmans…

 

P1030817 (Copier)

Appuyé fermement sur la crosse de Pierre Claverie, évêque d’Oran assassiné en 1996, Jean-Paul se présentait avec joie à ce nouveau peuple qui lui est confié.

P1030813 (Copier)

 

 

 

 

P1030815--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1030821--Copier-.JPG

signet devise

 

 

Signet souvenir de l'ordination

 

 

 

P1030824--Copier-.JPG

 

Procession de sortie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Paul et ses frères

 

 

 

 

 

La communauté d’Oran avait vraiment bien préparé l’accueil de tous. Et, sitôt la célébration finie, nous avons pu repartir en car avec un pique-nique préparé pour chacun selon sa direction. Que l’on reparte sur Tiaret, Oran, ou vers  le sud personne n’était oublié ! Chapeau !

Nous sommes arrivés à Alger, peu avant minuit…un peu fourbus mais heureux de cette journée festive avec l’Eglise d’Algérie.

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Janvier
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 17:51

P1030724--Copier-.JPG

 

Depuis le début de l’année 2013, pour nos séjours sur Alger, nous ne sommes plus logés à la maison diocésaine, mais aux Glycines. Cet établissement est un Centre d’Etudes, fréquenté par de nombreux étudiants et chercheurs. Il dispose de deux bibliothèques : une bibliothèque de prêt accessible aux étudiants et une bibliothèque de recherche accessible à un public plus spécialisé.P1030635 (Copier)

P1030636 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est également un espace où se donnent de nombreuses conférences et où se tiennent des colloques. La prochaine conférence par exemple porte sur la citoyenneté et l’identité en Algérie. Elle sera donnée par M.B. Salhi, professeur  en sociologie et anthropologie à l’université de Tizi-Ouzou.

  20120219Glycines (6) (Copier)

 

Allée d'accès au Centre

 

P1030633 (Copier)

Quelques permanents résident sur place, d’autres personnes logent ici temporairement en fonction des raisons de leur présence : recherche, études, interventions, etc.

 

 

Plusieurs facteurs ont conduit à notre situation actuelle.

D’une part, nous sommes entrés en hiver et, de ce fait, il n’y a plus beaucoup de visiteurs à Tibhirine. Et avec Jean-Marie, nous pensons que notre présence n’y est pas nécessaire tous les jours.  

Par ailleurs, la maison diocésaine souhaitait disposer de la chambre de couple que nous occupions les week-ends.

Enfin, le gardien qui travaillait aux Glycines a quitté définitivement son poste le 10 janvier. Il fallait le remplacer…


Nous avons été accueillis ici chaleureusement et nous avons une chambre confortable.

Les rencontres que nous faisons sont très riches et variées. Nous profitons de ce lieu pour reprendre quelques cours d’arabe et ainsi apprendre à déchiffrer l’écriture.


P1030687 (Copier)

Nous sommes donc arrivés ici avec l’objectif qui nous avait été donné juste avant Noël : la formation d’une équipe d’une douzaine de bénévoles qui puissent assurer l’accueil du lieu. En fait nous découvrons que sur place les attentes sont différentes : il s'agit d'assurer aussi le gardiennage du Centre de 8h à 16h, cinq jours sur sept, jusqu’à constitution de l’équipe.

 

Et là, cette prescription compromet la réalisation du projet que nous avions construit pour janvier et février, avec la Caritas, projet plus en adéquation avec nos goûts et nos aptitudes, projet moins contraignant sur le plan des horaires !

 

Nous sommes donc contrariés d’être ainsi "utilisés" et impatients de retrouver nos amis, Jean-Marie et nos activités à Tibhirine, dès que le temps va le permettre.

 

Nous sommes dans l’attente de jours meilleurs, tant sur le plan de la météo, très perturbée en ce moment, que sur celui de notre situation. Inch Allah !


Fleur "bec d'oiseau" très présente dans le jardin des Glycines.

Son nom scientifique est la "Strelitzia"

 20121022 (Copier) (Copier)

 

Aperçu du jardin...

P1030690 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On l'appelle aussi "Oiseau du paradis".

Elle finit parfois en bouquet dans un vase ...

P1030683 (Copier) (Copier)

 

Les orangers et citronniers du jardin

 

 

La vue de la terrasse sur la baie d'Alger

P1030630 (Copier) (Copier)

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Janvier
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 18:45

Cette page n'a pas à voir avec l'Algérie mais elle dit notre joie d'être rentrés en France quelques jours pour retrouver nos enfants, petits-enfants et Maman.


Voici quelques images avec les petits-enfants :

  

 La crèche familliale qu'Anaëlle et Baptiste admirent 

ou la crèche vivante avec Erwan qui attend l'heure de la promenade, entouré de trois cousines

P1030359 (Copier)

 

   

P1030266 (Copier)

 

P1030612 (Copier)

  P1030586 (Copier) (Copier)

 

 

 

 

 

 


 


 

P1030284--Copier-.JPGP1030589 (Copier)

 

 

Au pied du sapin... la joie des chaussures posées et la découverte des cadeaux

 

Yaëlle

 

P1030302 (Copier)-copie-1

 

P1030435 (Copier)

P1030296 (Copier)

P1030340 (Copier)

 

 

 

 

Elodie

 

 

 

 

 

Maëlie,

Yaëlle,

Erwan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yaëlle et Sarah,                                Maïwenn et Elise,                                       Maëlie

P1030300 (Copier)

P1030337 (Copier)

P1030407 (Copier)

P1030591 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

Chacun joue avec ses jeux

 

Anaëlle, Timothée, Gabriel, Yaëlle, Hubert et Anne devant un memory de visages de 12 petits-enfants  bébés !

P1030312 (Copier)P1030484 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Jeux anciens ou nouveaux

P1030212 (Copier)

Seuls ou à plusieurs

P1030251 (Copier) 

 

Sarah,


Elise et Grégoire 

 

 

P1030594 (Copier) (Copier)

 

 

 

 

 

Timothée, Gabriel, Laurent et Anaëlle

 

 

 

 

 

P1030249 (Copier)

 P1030599 (Copier)

Sarah et Maïwenn

Noé et Anaëlle

 

 

 

 

 

 

 

 

Vache et "octodon" du zoo familial, amusent Yaëlle et ElodieP1030390 (Copier)

P1030367 (Copier)

 

 

 

 

 

 

Baptiste préfère les sports d'hiver et Gabriel s'initie aux mystère de la caméraP1030624 (Copier)

P1030581 (Copier) (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

Les grands parents retrouvent quelques activités

P1030226 (Copier)P1030234 (Copier)

 

 

P1030412 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1030246 (Copier)

P1030347 (Copier)

P1030505 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1030596 (Copier)

Les journées ont une fin

P1030231 (Copier)

P1030260 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et après tant de jeux  le sommeil est le bienvenu.  P1030261 (Copier)

 

P1030529 (Copier)

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous resterons en lien par internet

  P1030240 (Copier)A bientôt

P1030355 (Copier) (Copier) 

P1030613 (Copier) (Copier)

 

 

 

Fin-d-annee 9667 (Copier) (Copier)     

 

 

 

 

 

 

 

 

BONNE ANNEE à TOUSP1030258 (Copier) (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Janvier
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 17:24

C’est en France que nous avons fêté Noël et franchi le passage de 2012 à 2013.

Après un accueil chaleureux par nos petites-filles d’Evry et leurs parents, nous avons pris la route pour Rennes. Retour dans notre quartier où nous avons retrouvé nos voisins, salué nos amis algériens et partagé la peine d’une famille éprouvée la veille par le décès du papa.

C’est en paroisse que nous avons célébré le dernier dimanche de l’Avent. Le soutien de notre communauté chrétienne nous a redonné du souffle pour vivre « l’accueil de l’autre », thème retenu cette année pour fêter la naissance de Jésus et la décliner concrètement dans notre vie.

 

Partout où nous avons circulé, nous avons vécu le prévisible et l’inattendu…

la joie et la surprise…

Joie d’un Noël célébré en famille et dans une communauté du centre de Lille.

 

Visite d'une crèche traditionnelle dans la cathédrale

P1030279--Copier-.JPG

P1030272 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rencontres inattendues dans le train ou à l’église…

Visites programmées à l’avance ou improvisées à la dernière minute...

Echange de nouvelles et de cadeaux… 

Repas de fêtes…  

P1030545 (Copier)

 

 P1030544 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite à l'abbaye de Bellefontaine

P1030531 (Copier)P1030537 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Promenades à Lille

de jour...

 

Statue du célèbre "Petit Quinquin"

P1030378--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ou de nuit...

P1030399--Copier-.JPG

P1030401--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ballade sur les coteaux de la Loire…

P1030563--Copier-.JPG

P1030562 (Copier)

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à vous tous qui avez contribué à faire de notre séjour en France un temps de bonheur !

A suivre...


Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2013 - Janvier
commenter cet article

  • : Le blog d'Anne et Hubert Ploquin
  • : Récit illustré d'un séjour en Algérie : les personnes rencontrées, les lieux visités, les activités réalisées...
  • Contact

Qui sommes-nous ?

nous deux

 

Anne et Hubert Ploquin

VSI: Volontaires pour la solidarité internationale

partis avec la DCC :

Délégation catholique pour la coopération.

 

Mariés depuis 38 ans, nous avons 5 enfants

2 gendres et 2 belles-filles

12 petits-enfants...

La DCC

la DCC, première association française d'envoi
de Volontaires de Solidarité Internationale.

Album - Famille