Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 16:15

 

Nous sommes partis pour l’Algérie et donc, pour découvrir et rencontrer des Algériens.

Mais c’était ne pas savoir

            - qui passe à Tibhirine

            - et quelle est la communauté catholique en Algérie.

 

Ainsi sur huit jours :

·    Dimanche soir, nous dinons à Alger avec les sœurs, joyeuses et fraternelles, de la Maison diocésaine, les responsables de la Caritas et l’évêque : Italie, Papouasie, Jordanie.

Trois soeurs MD (Copier)


·    Lundi : Nous accueillons 180 personnes de cinq wilayas (grands départements d’Algérie) différentes : Algérie.

·    Mardi : Trois religieuses Sœurs de la Charité viennent au monastère : Mexique, Pérou, Espagne.


       Reidina et Rosita (Copier) 

      

 

                                                Gabriella, Rita, Julia

                                              à la Maison diocésaine

 

      

        Redina et Rosita au pied de Notre-Dame de l'Atlas

    

      Mercredi : deux étudiants africains viennent prendre un peu de silence : Guinée-Bissau et Burundi.


·              Akiko (Copier)  Jeudi : Une jeune femme monte d’Alger pour deux jours de recueillement : Japon

 

     

Akiko

 

 

·    Vendredi  : un groupe d’amis vient passer le vendredi et faire découvrir Tibhirine à ceux qui ne sont jamais venus : France, Egypte, Ukraine.


·    Samedi nous allons rencontrer la communauté des pères blancs à Tizi-Ouzou : Zambie, Burkina-Faso, Pays-Bas, Pologne, et nous participons à la messe dominicale (du samedi matin ) avec des habitants de la région et des étudiants : Kabyles (d’Algérie), Tanzanie, Côte-d’Ivoire, Ouganda, Cameroun….

     Et nous allons déjeuner chez les sœurs : Inde, Madagascar et Kabylie.

Dans l’après-midi, nous montons avec Juba jusque chez sœur Elisabeth : Allemagne !Guy et Hubert (Copier)

 

Hubert et Guy

 

 

Nous avons donc entendu parler d’au moins 24 pays en 8 jours ! et rencontré des algériens très différents les uns des autres car de régions et de langues  variées ; Ce n’est plus une carte d’Algérie qu’il nous faut mais un atlas pour situer chacun !

Ces rencontres sont passionnantes et quand nous avons du temps pour croiser les points de vue, cela devient  exceptionnel ! Un repas avec un Guinéen qui découvre que tous les japonais ne sont pas bouddhistes et qu’ils ne mangent pas du chat comme il l’a toujours cru… et avec une japonaise qui découvre que le Guinéen mange des tortues marines et parle portugais … nous avons bien ri !

Dans les communautés religieuses, nous cherchons à découvrir comment ces caractères, âges et cultures arrivent à bâtir une vie ensemble. Nous sentons les tensions et percevons  leurs joies… de vraies vocations pour vivre ainsi, si différents, créer une unité et vivre au milieu des musulmans.

 

 Ce soir Jeudi , nous allons à Notre-Dame d’Afrique, (à  « Madame l’Afrique » comme on dit ici) et nous participons aux J. A.J.  : Journées Algériennes de la Jeunesse ; nous allons être plongés en monde étudiant d’Afrique noire : 44 nationalités différentes sont inscrites… nous vous raconterons !

La fête se passe aussi chez le nonce (ambassadeur du pape) qui habite juste à côté de Notre-Dame et qui a de grands jardins… pour terminer le tour du monde : notre archevêque est Jordanien, le secrétaire du nonce est Polonais ; les religieuses de la nonciature (ambassade) sont angolaises et le nonce est Chinois de Taiwan…

 Japon-Afrique (Copier)

 

                                      « Nous partons en Algérie » avions-nous dit ? ? ? ?

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2012 - Mars
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 22:00

Comme nous l’avons annoncé dans un article précédent, nous prolongeons la visite de la Casbah par un échantillon d’aspects divers.

La prolongation de la ligne de métro s'est  heurtée à la découverte de ruines romaines au pied de la Casbah. Les fouilles ont retardé l’extension de cette ligne.Fouilles-romaines-et-metro--Copier-.JPG

  mosquée Djamaar Ketchaoua ex-cathédrale St Philippe (Copi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous longeons la mosquée Djamaar Ketchaoua, de 1436 (ex-cathédrale Saint Philippe). Il y a eu jusqu’à 126 mosquées dans la Casbah ; il n’en reste que six, suite aux constructions d’immeubles. 

 

Nous déambulons dans les rues.

grande-rue-2--Copier-.JPG

Certaines sont bordées par des maisons dont les jambages en bois ont des vertus anti-sismiques.

antisismique--Copier--copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1020061 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’autres sont plutôt équipées anti- écroulements !

P1020097 (Copier)

 

 

 

 

 

 

Nous avons visité le palais Mustapha Pacha et admiré sa cuisine, son hammam et le hall de sortie.

  P1010995 (Copier)

cuisine (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la cour intérieure

la cuisine

le hammam

 

Hammam (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le hall de sortie avec ses bancs  et ses céramiques  sortie bancs(Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous flânons devant les boutiques ou discutons avec les passants.

H ds la rue (Copier) vue-antiquaire--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous entrons ans le foyer de Ben Cheneb  tenu par Soeur Véronica ; c’est une bibliothèque et un lieu de travail pour les étudiants. C’est dans ce foyer qu'ont été tués les 2 premiers religieux le 8 mai 1994 : le frère Henri Vergès et Soeur Paul-Hélène ; à cette époque là, 1200 étudiants passaient au foyer.

 A l’origine cette maison était « le Palais oriental » de la Casbah. 

DSCN5150 (Copier) 

P1020039--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

"Vitraux" du palais oriental

 

 

 

 

 

Nous tombons en arrêt devant une tombe, intrigués par le petit trou rond qui figure en bonne place sur la dalle. Ce type de trou se retrouve sur plusieurs tombes : Il s’agit en fait d’un aménagement qui permet  de mettre à boire aux oiseaux !

P1020028--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour terminer la visite, nous vous proposons un coup d’œil sur les vestiges des remparts entourant autrefois la ville d’Alger et sur l’oiseau fétiche qui fait partie des membres de toutes les familles habitant dans le quartier de la Casbah  et à Alger : le chardonneret !

Même nos amis algériens à Thorigné ont leur chardonneret chez eux !

 

 

 

rempart (Copier)

mascotte (2) (Copier)

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2012 - Mars
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 15:03

Pour ceux qui veulent venir de France en Algérie, voici les documents ou formalités nécessaires :

  •  Une invitation. Il est nécessaire d’être invités par écrit par quelqu’un qui réside ici en situation régulière. La première étape consiste donc à nous demander cette invitation. Pour que nous puissions la remplir correctement, il nous faut connaître précisémentinvitation-passeport--Copier-.JPG

Ø  les dates de votre voyage (aller et retour) ;

Ø  votre identité complète : nationalité, date et lieu de naissance, adresse ;

Ø  le numéro de votre passeport, la date et le lieu de sa création, sa date d’expiration ;

Ø  le consulat d’Algérie dont dépend votre commune de résidence en France.

Quand nous avons rédigé cette invitation avec ces renseignements, nous allons la faire « légaliser » en mairie à Alger avant de vous la renvoyer par courrier postal.

  •  Un passeport dont la date d’expiration doit se situer au moins six mois après le retour prévu en France.
  • Votre carte d'identité et une photocopie recto-verso de cette carte.
  •  Un visa. Il faut le demander au consulat dont dépend votre domicile. En général, il s’agit d’un visa de tourisme, de un jour à trois mois. Emportez l’invitation que vous avez reçue. Prévoyez de payer en argent liquide les frais de visa. Apportez votre carte d'identité et sa photocopie, votre passeport, un justificatif de domicile avec plusieurs photocopies de chaque. N’oubliez pas de prévoir plusieurs photos d’identité. Si vous venez à plusieurs, il faut que tous les voyageurs viennent au consulat pour demander le visa. Attention aux horaires d’ouverture ! Voir tarifs, horaires et nombre de photos sur Internet…

               http://www.amb-algerie.fr/serendre/visas.htm

 

Lorsque le visa sera prêt, vous recevrez un appel téléphonique du consulat. Il faudra peut-être tous vous re-déplacer pour aller les chercher. Attention : l’horaire pour retirer les visas n’est pas toujours le même que celui de la demande ! Cela peut varier d’un consulat à l’autre.

  • · Un billet d’avion aller-retour. Evitez de prendre votre billet avant d’avoir votre visa !

 

Pour ceux qui veulent nous écrire par courriel :


clavier--Copier-.JPG

Vérifiez bien que la taille de votre message ne dépasse pas 2 Méga-octets (pièces jointes incluses). Du fait que le débit Internet est très lent à Tibhirine, nous avons verrouillé notre messagerie. Nous l’avons limitée à 2 000 Kilo-octets (2 Méga-octets) pour éviter un embouteillage de notre boîte qui, autrement, ne chargerait pas les messages suivants. Si votre message dépasse cette taille, nous serons avisés, mais nous ne pourrons pas le lire…

 

 

Pour ceux qui veulent nous écrire par courrier postal :

 

Ne nous écrivez qu'à Alger où nous sommes le samedi et le dimanche.


 

Merci de votre compréhension.

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2011 - 2013
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 15:55

Un anniversaire...27-mars-2012--Copier-.JPG

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2012 - Mars
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 11:00


Mamie-sous-Skype.JPG

 

Samedi, depuis  la maison diocésaine d’Alger, nous avons eu la chance de rencontrer Mamie, la maman d’Anne, par Internet ! Pour elle, c’était une première ! Nous avons beaucoup apprécié de la voir et de  parler avec elle par écran interposé.  Maintenant qu’elle est convaincue de l’intérêt de ce logiciel, nous espérons qu’elle va s’en équiper. Nous sommes persuadés qu’elle apprendra rapidement à l’utiliser et à en acquérir la maîtrise.

 Eveche--Copier-.JPG

Ici, ce sont les vacances scolaires dans la Wilaya d’Alger…  

Pour nous, cela signifie : pas de cours d’arabe le dimanche. Nous avons donc décidé d’en profiter pour programmer une visite guidée de la Casbah. Nous sommes partis en taxi vers 8 heures pour un rendez-vous avec une archéologue à la porte de l’évêché, en centre ville. Voilà un aperçu de l'extérieur de l'évêché d'Alger; ce sont essentiellement des bureaux et salles de réunion.

 

Nous avons accompagné notre archéologue jusqu'à son bureau qu’elle nous a fait visiter à l’entrée de la Casbah. Les bureaux des archéologues sont dans la Maison de la Fontaine rouge.

patio-Fontaine-rouge.JPG

 

plafond Fontaine rouge

 

Puis elle nous a confiés à Rachid, un guide local qui habite la Casbah… pendant qu’elle-même restait au travail. 

 

 

 

 

 

 

Patio et plafond de la Maison Fontaine rouge

Pour ceux d’entre vous qui ne le sauraient pas, la Casbah est le plus ancien quartier d’Alger, à flanc de colline. Nous y avons déambulé de 9 heures à 14 heures à travers les ruelles et les escaliers, entre ruines et « maisons enlacées ». Il est difficile de raconter les différentes étapes du dédale que nous avons parcouru.  Nous nous contenterons de vous en donner quelques aspects.

Casbah vue d'en bas (Copier)maisons-enlacees--Copier--copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue de la Casbah 

Maisons enlacées

Nombreuses rues en escalier

 

 

 

 

 

 

 

 

rues2--Copier-.JPG

 

 

 

 

rues1--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons visité des cours intérieures et des maisons bien conservées ou restaurées. Dont le Palais Aziza qui, pendant plusieurs années, fût l'évêché d'Alger, le musée de la Calligraphie qui est dans le palais Mustapha Pacha. Ces palais sont construits sur le même principe : une belle entrée avec des sièges couverts de céramiques. Dans cette entrée, une fenêtre grillagée permet au propriétaire de voir qui est arrivé ; lui n'est pas vu et  il peut ainsi refuser de recevoir les arrivants ; il envoie un serviteur exprimer son refus.entrée Fontaine rouge

 

entrée musée calligraphie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au centre des palais et des maisons, des puits de lumière : genres de patios intérieurs avec fontaine . La maison est autour avec des balcons sur plusieurs niveaux  

 

puits lumière musée calligraphie

 

patio musée calligraphie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons croisé ou rencontré une foule de gens divers, toujours très accueillants…

chez Didou (Copier)

 

 

Didou, un orignal qui a mis des céramiques dans sa cage d'escalier


Un artisan menuisier nous a fait visiter son atelier.

menuisier--Copier-.JPG

 

 

 

 

Chez lui aussi un puits de lumière mais beaucoup plus simple que dans les palais ! Il nous a conduits jusqu’à la terrasse au dessus de son appartement pour nous faire admirer la vue qu’il a sur l’ensemble de la Casbah. 

 

 

 

 

 

 

 

Casbah vue d'en-haut (Copier)la casbah et son enchevêtrement de maisons


Nous sommes entrés dans un sanctuaire qui regroupe plusieurs mausolées séparés. Nous nous sommes déchaussés pour entrer dans le plus fréquenté où se trouve le catafalque de Sidi Abderrahmane (1384-1471), un imam respecté, le seul « saint » qui appartienne à la descendance du prophète Mohammed. Plusieurs personnes s’y recueillaient ; certains passaient leur main le long du catafalque, en signe de vénération, d’autres ouvraient les mains ; plusieurs étaient assis les jambes en tailleur… Ce lieu n’est pas une mosquée, c’est un lieu de mémoire. A la sortie de ce mausolée, nous avons été invités à partager un couscous offert à tous les gens de passage… Il s’agit en fait d’une tradition : certaines familles qui ont vécu un événement important préparent un couscous qu’elles proposent aux visiteurs, en signe de reconnaissance et de partage.

 

Parmi les bâtiments visités, on peut retenir la Maison de la Fontaine Rouge, les fouilles de la maison romaine, l’ancienne cathédrale Saint Philippe, le Musée de la Calligraphie qui était l’ancien palais de Mustapha Pacha construit en 1797, la bibliothèque de Ben Cheneb dans le Palais Oriental de la Casbah, les derniers remparts d’Alger, la Direction des affaires culturelles de la Wilaya d’Alger…  (photos au prochain article !)

 

Bien fatigués, nous sommes entrés dans un « café » pour boire un jus d’orange… que le propriétaire du bar nous a finalement gracieusement offert !

C’est vers 15 heures que nous avons pu manger une copieuse pizza plus italienne qu’algérienne ! 

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2012 - Mars
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 14:07

Caractéristiques de la semaine :


La neige... le retour !

Oui, pratiquement chaque jour, la neige s’est manifestée, précédée ou suivie de grêle et de pluie, accompagnée d’éclairs et de coups de tonnerre. Mais avec une différence essentielle par rapport au mois de février : la température étant positive, la neige fondait au fur et à mesure, laissant place à des marécages boueux…

 

Silence, on tourne !

 Composée de cinq hommes, une équipe de la  télévision algérienne prépare un documentaire (52’) sur le monastère et les moines de Tibhirine. Les techniciens ont longuement filmé différents lieux : la chapelle, les chambres de Frère Luc et de Frère Christian, le cloître. Ils se sont avancés jusqu’au petit cimetière où, dans le froid et le brouillard, protégés par des parapluies, ils ont réalisé des prises de vue sur les tombes de chacun des sept moines disparus en 1996. Ils ont placé leur reportage sous le signe de l’ouverture… Chaque séquence commencera par une ouverture : une porte qui s’ouvre sur le monastère, une porte qui s’ouvre sur l’entrée de la chapelle, une porte qui s’ouvre sur l’intérieur de la chapelle, des portes qui s’ouvrent sur les chambres des moines, un portail ouvert à l’entrée du cimetière… Ouvertures qui symbolisent l’ouverture sur un monde différent, à découvrir…

 

Ils sont venus, ils sont tous là !  

Nos amis de la D.C.C. : Raphaël et Marie-Laure, Thibault et Cécile  sont venus à Tibhirine passer le week-end avec leurs enfants : Louise, Camille, Barthélémy et Basile !

Vous pouvez consulter leurs blogs en cliquant sur les liens que vous trouverez dans la partie droite de ce site.

Eucharistie, échanges, repas conviviaux,

Photo 023 (Small)

Photo-036--Small--copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jeux.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ballade.JPG

 

jeux,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ballade au moment de la sortie de l'école,

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite.JPG

 

 

 

 

visite du monastère,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

anniversaires de Camille (10ans) et de Raphaël…

 P1010721--Copier-.JPG

Descente-de-bouc.JPG

 

 

Raphaël

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

scéances pittoresques,

 

 

 

Toutes les conditions étaient réunies pour se réjouir ensemble…

 

Vendredi... premier jour du week-end en Algérie !

Nous avons pu accompagner nous-mêmes plusieurs visites un vendredi pour la première fois  puisque nous avions prolongé notre présence jusqu’au samedi après-midi. Rappelez-vous que le vendredi est la grande journée de prière en Islam et jour de repos, donc de visites, mais aussi habituellement le jour de notre descente vers Alger à partir de 15 heures !

   

Alger... le retour !

 Samedi, sur le chemin du retour vers la maison diocésaine, nous avons acheté fruits et légumes sur un marché en bord de route.

 Fruits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bord-de-route-735--Copier-.JPGCes ventes sur la voie publique relèvent de l’économie du « secteur informel », assez répandu en Algérie. Ce secteur semble développer ses activités dans le commerce et les services ,   apportant un précieux complément aux revenus de nombreux algériens. La presse nationale en parle de temps à autre, signalant le caractère ambigu de cette économie, entre une économie conforme au cadre légal et une économie de subsistance indispensable à beaucoup.

 

bord-de-route-738--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Silence ça pousse !

Les genêts fleurissent et la vallée de la Chiffa prend des couleurs jaunes ; quelques fleurs pointent leur nez : des violettes blanches dans le jardin du cloître, des clochettes jaunes ou blanches ici et là.

Les arbres fruitiers (amandiers, abricotiers, etc.) deviennent blancs ou roses.


amandier-en-fleur.JPG

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2012 - Mars
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 09:16

Nous voilà déjà en mars. Le soleil est revenu. La neige fond à Tibhirine. 

Les oiseaux chantent... (la tronçonneuse aussi !)  Les plantes se redressent et les premières fleurs apparaissent.

C'est presque le printemps ! Les visites reprennent.

Quelques nouvelles :P1010648--blog.JPG

 

Formalités : Nous venons d'obtenir l'autorisation écrite de prolonger notre séjour en Algérie au-delà de l'échéance initiale du 11 mars 2012. Grande joie !

 

Travaux : Des portes et des fenêtres sont en cours de remplacement. Le menuisier a livré les premières huisseries que nous avons peintes avant qu'elles ne soient posées ultérieurement.panneaux-a-faire.JPG

demolition.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De son côté, Anne a poursuivi l'aménagement de la salle d'exposition, l'actualisation des documents et le renouvellement des photos qui y sont présentés. Un livre d'or a été ouvert pour les visiteurs qui souhaitent mettre un mot après la visite.  


Visite : Un nouveau groupe d'une bonne vingtaine de pèlerins est venu au monastère vendredi, guidé par Monseigneur Teissier, archevêque émérite d'Alger.

groupe Mgr T.

La visite a été enrichie par les commentaires de Mgr Tessier et de Robert (ermite) qui, tous deux, ont bien connu les moines entre 1976 et 1996. Mgr Teissier a centré la réflexion des participants sur la fidélité, thème qu'il a développé aussi bien au cimetière qu'au cours de la célébration eucharistique. Cette fidélité vécue par les moines interpelle encore aujourd'hui l'Eglise d'Algérie et les visiteurs dans leur propre manière de la vivre au quotidien. Fidélité multiforme bien sûr et qui ne progresse pas toujours sans obstacles et sans hésitation.

 

Incident : Suite à un problème de trajet, nous sommes descendus avec le car des pèlerins et nous avons été déposés au centre d'Alger d'où nous avons pris un bus de ville pour remonter à la maison diocésaine.

 

Effets secondaires : Ce voyage nous a permis quelques échanges supplémentaires avec les passagers. Comme nous étions assis beaucoup plus haut que dans une voiture, nous avons mieux apprécié les paysages et les animations sur les bords de la route.

vallée Chiffa

 

étalage paniers copie flou (blog)

 

Ruisseau-des-singes.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons aussi bénéficié d'un arrêt pour visiter "le ruisseau des singes". Il s'agit d'un lieu très fréquenté où l'on peut découvrir des cascades et un parc animalier.

 

Un fennec = le renard des sables

fennec.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme nous étions un vendredi, jour de repos pour les algériens, et qu'il faisait très beau, les gens étaient venus en famille.

 


Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2012 - Mars
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 11:09

La neige tombée en abondance a coupé les routes. Elle a cassé des branches, causé des chutes d'arbres, provoqué des coupures d'électricité. Mais elle a eu aussi des conséquences sur la vie animale.

Dans le village de Tibhirine, l'élevage de moutons est une activité traditionnelle. Les trois semaines de neige ont provoqué des pertes dans les troupeaux car les moutons sont restés confinés à l'intérieur et ils ont souffert du froid. Le troupeau du monastère n'y a pas échappé. Ce matin-là, Sami a trouvé une bête en mauvais état. Il a tenu à m'initier aux pratiques locales.

 

S’agit-il d’un principe universel ? Je ne sais pas. En tous cas, ici un mouton malade est un mouton condamné à disparaître rapidement. Mieux vaut donc l’abattre avant qu’il ne souffre ou qu’une mort naturelle ne le rende inutilisable.. C’est ce qui s’est passé jeudi dernier. Ames sensibles, s’abstenir de lire la suite…

Voici les dix commandements pour une préparation en bonne et due forme...

 

1ère étape : transporter le mouton jusqu’au lieu propice à son exécution. Pour cela, une personne saisit la bête par ses membres antérieurs, une autre par ses membres postérieurs. Tête en bas, le mouton est acheminé vers le lieu choisi.

 20120223 (2) (Copier)

2ème étape : allongé sur le flanc, les pattes immobilisées par une main ferme, le mouton est tué rapidement et se vide de son sang.

 

20120223 (6) (Copier)


3ème étape : une baguette taillée en pointe est introduite dans une des pattes arrière pour pratiquer une ouverture sous la peau de l’animal. Cela permet ensuite d’introduire un tuyau. On y insuffle de l’air, ce qui gonfle le mouton et permet un décollement de la toison.

 

 

 

 

20120223 (8) (Copier)

 

 

4ème étape : commence alors le découpage de la toison. En partant de chacune des pattes postérieures et en remontant le long du ventre, l’incision se prolonge jusqu’au membres antérieurs.

 


5ème étape : la bête est entièrement dépouillée de sa toison.

 

6ème étape : la tête et les pattes sont tranchées et mises de côté pour la préparation ultérieure d’un plat qui sera très apprécié dans les familles. 


20120223 (12) (Copier)

 

 

 

7ème étape : le mouton est suspendu pour finir de se vider et faciliter le travail d’éviscération.

 

 

 

 

 

 

20120223 (13) (Copier)

 

 

 

 

 

 


  8ème étape : l’observateur de passage est invité à apporter une contribution au dépeçage.

 

 

P1010515 (Copier)

 

 

 

 

 

 

9ème étape : certains morceaux de choix sont offerts aux « adoptés » pour améliorer un de leurs prochains menus.

 

 

 

  P1010516 (Copier)

 

 

 

 

 

 

10ème étape : le reste est congelé pour des agapes ultérieures.

 

Si dans quelque temps nous apprenons la cuisine locale, nous vous transmettrons les recettes !

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2012 - Février
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:26

Ils sont venus ! Malgré, la pluie, la neige, le froid, ils ont osé « monter sur la montagne » pour une célébration des Cendres et re-"descendre" dans la même journée!

 

Vingt-quatre personnes de notre diocèse d’Ille-et-Vilaine ont commencé leur pèlerinage sur les pas de Charles de Foucauld ; mardi soir célébration à Notre-Dame d’Afrique et mercredi montée à Tibhirine.P1010494 (Copier)

Nous les espérions mais la neige nous a fait craindre leur absence jusqu’à l’annonce de l’arrivée du car à Lodi. Jean-Marie a tiré le « chasse-neige » jusqu’au hameau de Ain Raiss pour libérer la route et, en les attendant, ce fut un ballet de nettoyage pour essayer  de les accueillir au mieux.P1010460--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

"le chasse -neige monastique"

P1010465 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1010469 (Copier)

 

 

 

 

Malgré nos efforts, la pluie, la boue et le froid les ont accueillis pour la journée!

 

 

 

 

 

 

 

Quelques mots à la porterie, puis un passage en silence dans le cloitre jusqu’à la chapelle ont ouvert cette journée. Jean-Marie a situé l’importance  de frère Luc dans le dialogue de vie ici avec les habitants avant de célébrer l’entrée en Carême :P1000451--Copier-.JPG

La charité, l’Amour  : la main tendue vers les frères

La prière : la main tendue vers Dieu

Le jeûne, l’effort : la main entrelacée avec les deux autres : le jeûne trouve son sens dans la prière et le partage.

Ici les moines vivaient ces trois dimensions dans le secret ; nous sommes invités à notre tour à vivre ces trois temps dans le secret pour devenir des hommes et des femmes libres devant Dieu et devant les hommes.

P1010474---Copie--Copier--copie-1.JPG

P1010471--Copier--copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1010477 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

Un repas pris à l’hôtellerie suivi d’un temps questions réponses a permis à chacun de se réchauffer avant d’oser ré-affronter la boue et le froid pour aller jusqu’au cimetière « saluer les absents » qu’un grand manteau blanc recouvre encore.

P1010482 - Copie (Copier)Retour par le cloître, visite un peu rapide… mais l’escorte attend pour repartir avant la neige.

 

Nous espérons que le groupe trouvera le soleil et la chaleur au cours de sa prochaine étape à Tamanrasset.

 

P1010492 (Copier)

 

Pour nous, quelle joie d’accueillir des  pèlerins de « chez nous » et même de Cesson ! d’avoir les « bonjour » de chacun et… de recevoir le courrier arrivé à Cesson depuis le 9 décembre ! Merci pour vos vœux de Noël qui nous font entrer en Carême.

C’est un clin d’œil délicieux sur la façon dont on prend son temps ici !!!

Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2012 - Février
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 15:36

Il y a 8 jours, Alger était sous la neige. Aujourd’hui, nous sommes à Tibhirine dans la neige ; mais entre les deux ? Etonnant…

 

Jeudi, soleil, descente à pied jusqu'au CCU, bibliothèque universitaire où travaille etudiantes-Copier-.JPGCéc ile (Cf. plus bas) ; 45mn de marche, il fait beau. Dans le petit jardin du CCU, des étudiantes travaillent dehors.


Vendredi, soleil et chaleur : nous avons déjeuné à Alger dehors au soleil sur une terrasse… C’était super ! De quoi oublier la neige ! En plus, nous étions avec trois couples français et leurs enfants (onze enfants  entre 12  et 4 ans). Ce fut une très bonne après-midi.

 

 Basile-et-H--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cecile-au-CCU--Copier-.JPG

 

 

Samedi,  nous avons joué les grands-parents de garde avec Basile, pour permettre à ses parents de profiter d’une journée de formation. Les parents de Basile sont Thibault et Cécile, volontaires comme nous ; nous avions fait ensemble, en juillet, la session de préparation au départ. Nous les voyons souvent.Basile--Copier-.JPG

 


Vers 16 heures,  Hubert a essayé de jouer au ping-pong avec quelques enfants venus passer l’après-midi au foyer des jeunes… Il aurait fallu 25  raquettes et d’autres tables ! L'unique table sans filet a pu servir et deux enfants tenaient eux-mêmes le filet pour les joueurs. Un peu juste certes, mais c’était  un début et le soleil a permis quelques échanges entre pongistes.P1010304--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pingpong-Copier-.JPG

 

 

 

 

Dimanche, toujours au soleil, nous sommes partis à pied et nous avons découvert d’autres vues sur Alger.

Alger-vue-de-Poirson--Copier-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi, autre lieu, autre temps. Nous déblayons la neige avant d’accueillir un groupe et la pluie nous tient compagnie pour la soirée.H-et-Y--Copier-.JPG


Mardi, les contrastes continuent mais, au cours de la même journée. Lever avec le soleil,  déjeuner avec du grésil et une après-midi avec un ciel gris et un ciel bleu qui jouent à cache-cache! Mais il fait très froid.

chemin1 (Copier)

 

 

 

 

 

 

  2012-02-21--8---Copier-.JPG


Repost 0
anneethubertploquin-dcc - dans 2012 - Février
commenter cet article

  • : Le blog d'Anne et Hubert Ploquin
  • : Récit illustré d'un séjour en Algérie : les personnes rencontrées, les lieux visités, les activités réalisées...
  • Contact

Qui sommes-nous ?

nous deux

 

Anne et Hubert Ploquin

VSI: Volontaires pour la solidarité internationale

partis avec la DCC :

Délégation catholique pour la coopération.

 

Mariés depuis 38 ans, nous avons 5 enfants

2 gendres et 2 belles-filles

12 petits-enfants...

La DCC

la DCC, première association française d'envoi
de Volontaires de Solidarité Internationale.

Album - Famille